Rechercher
  • Delphine Dethier

Activisme & selfcare – Comment rester résilient en s’engageant ?

Le samedi 16 janvier 2020, dans le cadre des Transition Days, CELL – the Transition hub a eu la chance de recevoir le Dr. Vandana Shiva pour une conférence virtuelle. Si le Covid a eu un seul avantage, c’est bien de nous permettre d’organiser ce type de rencontres inspirantes avec des personnes de l’autre bout du monde. Vandana Shiva est une scientifique et prix Nobel alternatif indienne. Depuis plus de 40 ans, elle se bat contre les multinationales, en particulier sur les sujets liés à l’agriculture et aux OGM. Qui mieux qu’elle pouvait s’adresser à nous pour parler de résilience dans le militantisme ?


Vandana Shiva est inspirante, c’est le moins que l’on puisse dire. Durant une heure trente, elle a partagé avec les presque 200 participant·es sa vision de la difficile articulation entre militantisme et self-care.


Les captations en anglais et français de la conférence peuvent être regardées sur la chaîne YouTube de CELL et nous avons souhaité offrir un résumé de ce moment inspirant.


« How to live together in a one planet world », le thème des Transition Days cette année, est une question qui occupe la plupart des personnes concernées par l’écologie. Vandana Shiva ne fait pas exception.


Comment alors, ne pas se retrouver en burn out après des mois, des années à être investi·e dans une cause ?


Pour Vandana Shiva, la réponse se trouve dans notre compréhension du monde. Nous avons été élevé·es à croire que nous étions des individus, et que la planète était une autre entité que nous-mêmes.


La première étape est alors de réaliser que nous faisons partie d’un monde interconnecté : prendre soin de la planète, c’est prendre soin de nous. Vandana Shiva relie ceci au principe de non-séparabilité de la physique quantique : tout est connecté, et nous sommes une partie d’un organisme plus grand que nous. Si j’aime la planète que je défends, si je réalise qu’elle et moi sommes interconnectés, comment puis-je m’épuiser ?


« Taking care of yourself and taking care of the earth are not two different tasks. No, they are one task! And it doesn’t matter which end you begin with»


La seconde consiste à se rappeler du principe de potentialité : tout être, toute chose, est potentielle, y compris une personne. Ce potentiel grandit dès que la personne est consciente de le posséder, de la même manière qu’une graine de quelques centimètres contient en elle-même et en ses liens avec l’environnement l’énergie nécessaire pour devenir un immense arbre.

L’énergie est régénérative et se crée dans le don désintéressé et dans les relations avec les autres. Attendre un retour à son don ne mène qu’à être déçu·e, voir amère et épuise l’énergie.


« When you detach yourself from seeking power and give deeply, what happens is you become an ecological being, and an ecological being is always nourished. »


Une troisième intention qui nous aide à rester dans cette énergie créative, c’est de mettre le focus sur ce que l’on donne, le donner avec passion et d’être détaché par rapport aux résultats. Cela ne veut pas dire être séparé du résultat, la séparation est la racine de la ségrégation et de l’isolement.


” That combination of passion in giving and dispassionated expectations, gives you a hug liberation!”


Imiter la nature dans la mise en place de relations symbiotiques avec elle est une autre piste : extraire de la nature sans jamais rien lui donner en retour n’amène qu’à des changements climatiques, des émissions de gaz à effet de serre et des pandémies, quand l’humain pourrait être co-créateur avec la nature. Quand 45% des émissions de gaz à effet de serre proviennent d’une agriculture mondialisée et malsaine, c’est dans nos assiettes que réside la solution à la fois à notre équilibre individuel et à celui de la planète.

Vandana Shiva utilise l’exemple du potager pour illustrer l’importance de cette symbiose : un sol vivant, auquel on donne des matières organiques et pas de chimie, offrira une abondance de nourriture sur le long terme.


« Take the example of the microscopic funghi in the soil. The tiny dinghy is taking what it needs from the plants, and giving them what they need. So next time you are wondering how to take care of yourself while taking care of bigger matters, think of this little fungi in the soil. »


La nourriture est la base d’une bonne santé physique et mentale. Un nombre croissant de recherches montre le lien entre l’état mental et l’état du microbiote intestinal.


« Our ancient tradition says, we used to think with our gut. If you feed your gut pesticides, etc, then you get diseases. Everything comes from food. »


« How do I don’t burn out? I am not fossil fuel. Fossil fuels burn out. But when you plant a seed it grows. You harvest it, you keep seeds and you replant it. That cycle of abundance never burns out. There is no burn out in nature. »


Enfin, Vandana Shiva insiste sur l’importance de se souvenir de la minuscule entité que nous sommes dans le monde. Mais être petit, ce n’est pas être insignifiant ! Chacun·e peut avoir un impact à son échelle, et surtout peut travailler à renforcer la communauté, à enrichir les communs.


« We have to reclaim the commons, we have to rejuvenate, it’s such an exciting moment! »


« Never get depressed, never feel lonely, never feel isolated. You’re a wonderful being in a wonderful world »

34 vues0 commentaire