Rechercher
  • CELL

Menu de Noël : comment concilier tradition et transition alimentaire ?

Dernière mise à jour : 28 avr.

Ah, la sacro-sainte question du menu des fêtes de Noël ! Pas facile, lorsqu’on a entamé un processus de transition alimentaire, de faire comprendre à notre entourage que la traditionnelle dinde au four n’est peut-être pas une nécessité ! Comment concilier tradition et transition ? Quels sont les avantages à modifier nos habitudes alimentaires pendant, et en dehors des fêtes? Consultante en santé et nutrition spécialisée dans l’approche "plant-based", Line Bauer nous livre ses conseils et astuces.

Line Bauer, consultante nutrition et santé, fondatrice de Nukleo
Line Bauer, consultante nutrition et santé, fondatrice de Nukleo

Line, peux-tu nous expliquer ce qui t’a amenée à exercer le métier de consultante en nutrition et santé avec une expertise en cuisine végétalienne ?


Line Bauer: J’ai toujours été davantage attirée par la cuisine végétalienne et bio que par les plats à base de viande, mais il est vrai que ma motivation pour l’alimentation plant-based s’est accélérée lorsque j’ai perdu ma maman d’un cancer. Les études scientifiques et les connaissances dans le domaine de la nutrition et de la santé dont nous disposons aujourd’hui, montrent que notre alimentation est à la source de nombreuses maladies de notre société, cancers, maladies cardio-vasculaires, diabète de type 2 et autres pathologies chroniques. C’est certainement ce qui me pousse à vouloir aider les gens à manger sainement.


Quels sont les avantages de l’approche plant-based que tu préconises dans tes programmes de coaching ?


L.B.: L’approche «whole foods, plant-based» consiste à se nourrir au maximum avec des aliments non ou peu transformés, et plus adaptés à l’organisme : végétaux, fruits, céréales, légumineuses, racines, etc. Recourir à une alimentation riche en protéines animales et en graisses saturées augmente, entre autres, notre risque de perturber l’équilibre de notre flore intestinale, or, celle-ci regroupe 70% de nos cellules immunitaires.

A l’inverse, les fibres et les nutriments des végétaux sont particulièrement intéressants pour équilibrer notre organisme et l’aider à se défendre contre les agressions. Mon regret est que souvent, les gens viennent me voir quand il est déjà tard. La maladie déclenche une prise de conscience alors que nous pouvons tous.tes être acteur de notre santé.

Un autre avantage de l’approche «plant-based» est qu’elle répond aux questions idéologiques portant sur le bien-être animal, l’élevage intensif, la protection du climat… C’est un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur et explique, entre autres, pourquoi il y a de plus en plus de personnes véganes parmi la population.


« Il y a quelque chose de sacré dans l'acte de manger »

Justement, les personnes véganes ou en transition alimentaire doivent parfois lutter pour faire comprendre à leurs proches que la dinde de Noël n’est peut-être pas indispensable…


L. B.: Oui, cette tension qu’on perçoit lorsqu’on touche aux habitudes alimentaires s’explique du fait que manger est un acte lié aux émotions. Ce n’est pas pour rien qu’on appelle cela «comfort food» : nous avons appris à manger au sein du cercle familial, la nourriture nous rappelle des souvenirs, des odeurs, on repense à la cuisine de notre grand-mère, les repas du dimanche en famille, etc. Il y a quelque chose de sacré dans l’acte de manger, et c’est encore plus vrai durant les fêtes de Noël.


Cela dit, les choses évoluent. Aujourd’hui, au Luxembourg, de nombreuses familles comptent au moins une personne végétarienne ou végétalienne. Je constate à travers mon métier, que les traiteurs intègrent de plus en plus de plats sans viande dans leurs propositions de menus. Je viens même de travailler avec un boucher-traiteur qui m’a demandé de l’aider à créer des recettes végétaliennes pour ses clients!


Alors, comment faire pour mettre tout le monde d’accord autour du menu de Noël ?


L. B. : D’abord, on peut expliquer à son entourage que notre choix n’est pas dirigé contre quelqu’un: ce n’est pas parce qu’on choisit de manger végétalien qu’on rejette sa grand-mère ou sa cuisine… Peu importe qu’on soit flexitarien, végétarian, végétalien, etc., l’important c’est le moment de partage que nous passons ensemble, dans le respect des souhaits de chacun.


Ensuite, on peut faire de petites adaptations. Par exemple, en ajoutant des fibres au menu, à travers des légumineuses, comme les lentilles, les pois chiches, ou bien des céréales avec du riz complet, du quinoa, du boulgour, etc. Commencer son repas par une salade composée (voir recette), va permettre d’éviter de se ruer sur les plats en sauce et riches en graisses animales saturées, difficiles à digérer. Digérer ces aliments demande beaucoup d’énergie à notre corps, c’est ce qui explique pourquoi on est si fatigué après le repas. Grâce aux plats végétaux, on se sentira moins lourd et notre qualité de sommeil sera meilleure. C’est aussi l’occasion de découvrir de nouvelles saveurs.


Offrir quelque chose de bon pour sa santé à ceux qu’on aime, n’est-ce pas le plus beau des cadeaux ?

*************

Line Bauer est consultante en nutrition et santé, spécialisée dans l’approche plant-based. Elle a vécu et étudié dans plusieurs villes étrangères, comme Londres ou Barcelone, où elle a perfectionné son savoir-faire en matière de cuisine végétalienne. En 2015, Line a opéré une reconversion professionnelle, elle s'est formée en nutrition et naturopathie avant de créer au Luxembourg sa propre société de consultance, Nukleo. Infos: www.nukleo.co


RECETTE VEGANE POUR LES FÊTES DE NOËL

Carpaccio de betterave à la vinaigrette aux framboises


Entrée pour 4 personnes

  • 600 g de betterave rouge, cuite, pelée et coupée en fines rondelles

  • 100 g de mâche, lavée

  • 50 g de pignons de pin, dorés dans une poêle pendant quelques minutes à feu moyen

Pour la vinaigrette:

  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive

  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de pomme

  • 100 g de framboises congelées ou fraîches

  • 1 cuillère à soupe de sirop d’agave ou de miel

  • 1 petit oignon rouge (ou 1 échalote), pelé et coupé en morceaux

  • Quelques feuilles de persil frais, lavés

  • Une pince de sel et de poivre noir moulu

  • Environ 50 ml d’eau

Mixer tous les ingrédients pour la vinaigrette dans un petit mixeur en rajoutant de l’eau pour avoir la consistance désirée.

Placer les lamelles de betterave sur le plat et garnir de mâche et de pignons. Arroser de vinaigrette et servir. Bon appétit!


Retrouvez d’autres idées de recettes pour les fêtes de Noël sur le blog de Line Bauer/Nukleo


Les projets CELL de transition alimentaire : Altercoop, Eisegaart, Generatiounsgaart Beefort, Wandel.BAR, MESA

Epicerie Altercoop à Luxembourg-Dommeldange
Privilégiez toujours des ingrédients bio et issus des circuits courts ! Epicerie Altercoop à Luxembourg-Dommeldange



313 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout